page 1 - page 2


« …Le public ne s’était pas trompé sur la qualité de la prestation donnée. Ce fut un concert exceptionnel où le Maître a su montrer la diversité de ses talents. »
L’est républicain /France le 18.11.03

« …ils développent des sons qui semblent inouïes.Ils produisent des chefs d’œuvres au niveau musical et visuel et en plus, ils jouent avec le feu…La composition « Vous avez du feu ? » d’Emmanuel Séjourné est exceptionnelle. » Schwäbische Post - Aalen /Allemagne le 13.10.03

« Le public a écouté avec plaisir et feeling, le concerto pour vibraphone et orchestre à cordes composé et joué par Séjourné. La maestria du Français qui fait de la musique avec calme et émotions valait l’admiration. » Gazeta Oybovera - Kalisz / Pologne le 22.04.2003

« Emmanuel Séjourné et Phillippe Geiss ont su fasciner le public venu très nombreux par leur jeu exceptionnel et par leur présence scénique impressionnante…Mais se duo ne maîtrise pas seulement le répertoire contemporain à la perfection……..Ils ont réussi à créer un spectacle à la fois sonore et visuel comprenant tous les élèves des classes du Conservatoire d’Esch….Une parfaite synthèse entre un récital, caractérisé par une performance souveraine et compétente des deux solistes, et un projet pédagogique de grande envergure permettant aux jeunes étudiants de découvrir le vaste monde de la musique. » Luxemburger Wort / Luxembourg, le 06.02.2002

« …..Emmanuel Séjourné, compositeur bien connu et très apprécié dans le monde musical luxembourgeois, notamment par la création de plusieurs œuvres de notre compatriote Camille Kerger, apporte dans son concerto écrit en 1999 la preuve bien vivante du formidable essor de la percussion et de l’émergence du processus de la création en musique contemporaine.Le concerto comprend deux mouvements tout à fait contrasté, permettant de mettre en évidence toutes les facettes du talent du jeune soliste. » Luxemburger Wort / Luxembourg, janvier 2002

« ….Les élèves ont littéralement « bu » les conseils de ce musicien aux qualités pédagogiquement indéniables. » Courrier Vendéen / France le 14.06.2001

« La composition pour 6 briquets était magnifique. Dans le vide, dans le noir, la notion de temps était complètement oubliée. » Die Rheinlandpfalz - Kaiserslautern / Allemagne , le 24.10.2000

« ….un musicien qui manie beaucoup d’humour et de savoir-faire. »
Rheinzeitung - Koblenz / Allemagne le 23.10.2000

« La pièce de Séjourné pour 6 briquets est réellement époustouflante. »
Badisches Tageblatt / Allemagne le 17.10.2000

« …un artiste qui installe d’emblée un climat musical très attachant… »
DNA / France

« Le morceau final imposé, qui offrait l’intérêt d’un mètre étalon idéal, était un véritable joyau, œuvre en création d’Emmanuel Séjourné, par ailleurs membre du jury. Son concerto pour vibraphone et orchestre de chambre possède toutes les qualités pour mettre en valeur la virtuosité du soliste, et toutes les difficultés qui vont permettre de distinguer des interprètes d’exception. Car l’œuvre, dense et riche, est d’une séduction redoutable. Et c’est peut-être aussi l’imagination qui fait la différence et séduit le jury. »
La Montagne / France, le 13.09.1999

« Mais Emmanuel Séjourné a mélangé les genres avec les ballades plus accessibles. A retenir, sa performance au marimba avec 6 baguettes…le son mat et feutré de cet instrument sortait de partout et de nulle part à la fois. Un grand moment. »
La Dépêche / France, le 15.02.1999

« Qui nierait que la « Bourrée Fantasque »de Chabrier, sous les baguettes d’Emmanuel Séjourné et Philippe Spiesser n’avait gagné un peu plus que ce piquant et cette truculence qui en font la saveur. L’œuvre trouvait une légèreté et des raffinements dynamiques et stylistiques que l’orchestre ne met que trop rarement en valeur. »
Concours international de vibraphone - Clermont-Ferrand / France

« …Emmanuel Séjourné. Ce jeune responsable du département de percussion au CNR de Strasbourg s’est entouré pour l’occasion de Nicolas Mathuriau, Yannick Giuliani ainsi que d’Amélie Regnard pour former l’un des quartettes rythmiques les plus inspirés du moment.Dans un Atheneum qui affichait complet, ces quatre artistes hors normes ont su conquérir, transporter, ravir une salle entière le temps d’un inoubliable moment gymnique, vocal, artistique et…tout ce que vous voudrez d’autre !...Nous aurons été totalement séduit par une partition pour huit briquets alternant flammèches et flammes longues, dans une obscurité magique, suscitant les rythmes visuels et auditifs les plus étourdissants…C’est totalement extraordinaire, intranscriptible, journalistiquement parlant, non reproductible sur CD ou même DVD. C’est quelque chose qui se vit. »
Le Bien Public - Dijon / France, le 07.12.1997